Philippe Muray
L’ÉTERNEL RELIGIEUX
Philippe Muray
Voici un extrait de son ouvrage
Le 19e siècle à travers les âges,
Denoël, 1984, Gallimard, 1999.

Aperçu :

pdf akklésia Muray
N
Enfin !
Est-ce que je deviens fou. Obsessionnel. Pathologiquement obsessionnel même. À moins que je ne sois simplement amorcé par cet orgueil naturel du penseur. Oui, cette vanité du penseur qui devant les faits, les preuves et toute l’armée du réel qui lui crie son erreur, bascule malgré tout dans le déni de réalité et ne décroche pas de « sa » Vérité. Il s’arc-boute. Il est prêt à tout – sauf à s’être trompé. Jeter tant d’années d’études à la corbeille ? Non !
Pourtant, le Monde entier est d’accord contre lui. Du plus humble au plus érudit. Et il s’ensuit que les opposants les plus coriaces sur la scène du Monde ont au moins ce terrain d’entente. Ils pourraient même faire la paix sur ce territoire. Ils pourraient s’y rejoindre pour se liguer contre ce tiers qui brocarde leurs conclusions. Oui, ce tiers, ce fou, ce clown qui survient et qui ose affirmer que le véritable combat ne se déroule pas sur le ring de ces opposants-là et qu’ils ne sont que les acteurs d’un faux spectacle. Comment pourraient-il l’entendre ? Ils sont si sérieux, si intensivement entraînés, mieux que ne le sont les sportifs de haut niveau, en vue de mener ce combat… pour la vie, pour la vérité, pour le salut de l’Humanité ! Comment pourraient-il entendre la chose suivante ? — « Votre combat, bien qu’il surclasse tous les spectacles en terme d’audimat et de “professionnalisme”, votre combat est un leurre. Ce n’est pas le vrai. Car dans le monde de la vérité, il est vu comme un combat de catch, une comédie, une pantomime, un scénario dans lequel vous n’êtes que des marionnettes choyées par le scénariste. Vous ne servez qu’à une chose : égarer la masse, la concentrer sur la surface lumineuse afin qu’elle ne cherche plus jamais ailleurs où se trouve la véritable tension. »
Mais résumons. L’ennemi, nous dit ce Ring, est clairement identifié ! Il est, soit cet attachement aux valeurs religieuses traditionnelles et ce nationalisme qui sont, dit-on, d’un âge moribond et déjà évacués de l’Histoire ; soit ce mondialisme et ce mélange des races et des religions qui sont, dit-on, le sens de l’Histoire. Mais synthétisons davantage. Le plus possible. L’ennemi est pour les uns le judéo-christianisme duquel les Lumières et la Révolution nous ont délivré ; et l’ennemi est pour les seconds la mondialisation, l’internationalisation qui abolit l’identité nationale, religieuse et raciale avec ses racines historiques. Il est évident que dans ce schéma, la position médiane est devenue impossible. Le Ring demande de prendre parti.
Mais faisons un pas de plus. Réduisons comme savent le faire les cuisiniers en déglaçant l’ensemble pour en retirer tous les sucs. Qu’obtient-ton ? « L’ennemi est l’islamisation de l’Occident que la mondialisation est en train d’opérer, sans le savoir, contre lui-même. » — ou bien — « L’ennemi est la morale, le dogme, l’Église, le puritanisme, le nationalisme… et le refus de la technique ainsi que le rejet de la “festivisation” de la Société. »
Alors voilà… Essayez donc, dans ce combat de titans, de faire entendre la chose suivante : « Le véritable problème est cette Alliance, faite en catimini, entre le fonds riche et puissant des connaissances en tout genre venues de l’Occident (psychologie, médecine, astrophysique, sociologie, mathématiques, etc.) et l’indo-bouddhisme des réincarnations, samsara et karma. Et tout autre combat, aussi “saignant” soit-il, n’est que combat de diversion. » Assurément, vous arrivez là comme un cheveu sur la soupe tandis que tous sont en train d’assister à un combat de héros historique qui revêt tellement de formes que Protée lui-même y perd son grec.
Alors voilà. Moi-même, pauvre petit penseur sans le sou, sans parcours universitaire et sans réseau… Quelle joie de découvrir qu’un Philippe Muray faisait le même constat que celui vers lequel mes recherches m’ont conduit. Oui, quelle joie… et c’est bien peu dire. Merci Monsieur Muray d’avoir voulu focaliser l’homme moderne sur le vrai problème : « La religion passionnelle de la métempsycose est devenue le culte naturel de la nouvelle société » ; merci d’avoir vu notre drame présent venir de ces deux siècles de recherche scientifique en Occident qui « réveillent en écho le vieux processus pervers des réincarnations. » Ainsi, la princesse qui là-bas était endormie, s’est désormais réveillée. Les noces se préparent. Et lorsque l’union sera consommée, un silence saisira le monde pendant une heure. Le Ring qui nous offre aujourd’hui un spectacle mondial s’effondrera alors aussitôt, il sera aussi vite oublié et avec la même force qu’il fait actuellement l’unanimité. Puis ses combattants, ses titans tomberont avec lui, laissant apparaître les vrais maîtres du Monde : les Sages et les Savants devenus Mahatmas. — Merci Monsieur Muray. Le doute n’a plus de place, nous savons, vous et moi, de quel côté se trouvent la folie, l’obsession et le pathologiquement obsessionnel.

Ivsan Otets